26 septembre 2022

Comment réussir une garde partagée ?

garde partagée

Après le divorce des parents, une question fondamentale subsiste, celle de savoir comment bien organiser la garde des enfants. Dans la plupart des cas, les parents choisissent la garde partagée qui consiste généralement à s’occuper des enfants à tour de rôle. Cette solution semble très simple, mais dans la réalité elle peut être difficile à mettre en œuvre.

Cependant, avec une bonne communication et une solide coopération, cette garde peut se transformer en un partenariat réussi entre les parents. Alors, comment réussir la garde partagée de votre enfant ? Cet article vous dit l’essentiel.

garde partagée

Ne précipitez pas la garde partagée

L’âge de l’enfant est un critère très important lors de la mise en place d’une garde partagée. Les tribunaux s’opposent catégoriquement à la garde partagée d’un enfant de moins de 3 ans.

Car à cet âge, l’enfant a besoin d’une vie familiale plus ou moins stable pour s’épanouir et bien grandir.

Il y a un enjeu d’attachement qu’il faut nécessairement respecter. Ce qui est certain, c’est que le bébé ne doit pas être séparé de la personne qui s’occupe le plus de lui et qu’il aime par-dessus tout. Et cette personne se trouve généralement être la mère. Si vous forcez la garde dans ce cas, cela peut avoir de graves répercussions sur l’enfant.

En effet, un éloignement de deux jours ou plus de sa figure d’attache peut entraîner des troubles du sommeil, des douleurs physiques et psychiques, la peur de l’abandon, des douleurs abdominales, etc. Si vous remarquez l’un ou l’autre de ces symptômes chez l’enfant, il est conseillé de stopper immédiatement la garde partagée.

Vous devez résider non loin de la maison de votre ex-partenaire

C’est la première condition requise pour une garde partagée réussie. Vous devez habiter dans la même ville ou à proximité. Cela ne veut pas dire que vous devez être voisins, mais vous convenez que parcourir chaque fois de nombreux kilomètres entre les deux domiciles serait stressant pour l’enfant. D’ailleurs, tout sur les impôts 7GA dans ce dossier.

Or, si l’enfant a ses deux parents dans le même quartier, il lui sera possible de suivre un cursus scolaire normal. De plus, cela lui permettra de conserver ses copains ainsi que d’autres repères. De même, il n’est pas rare que les enfants oublient leurs jouets, leurs cahiers ou leurs livres dans l’une des maisons.

Si les parents vivent dans la même ville, les enfants pourront alors facilement récupérer leurs effets.

La garde partagée passe aussi par une bonne entente des parents

Pour permettre un bon équilibre dans la gestion des enfants, il est intéressant de maintenir de bons rapports. L’enfant doit pouvoir ressentir une certaine continuité. Par conséquent, il est nécessaire de permettre aux enfants de vous parler du parent « absent » ou de communiquer avec lui par texto ou appel téléphonique sans que cela vous irrite. Vous risquez de le frustrer sinon, et il aura de moins en moins envie de discuter avec vous.

De même, pour ce qui concerne les décisions importantes, les parents doivent les prendre ensemble. En effet, pendant la garde partagée, l’autre parent doit être avisé avant que vous ne preniez des décisions importantes telles que le choix de l’école par exemple. Ne ratez pas notre article sur la pension alimentaire sans jugement et sur comment déclarer une pension alimentaire.

Deux maisons, d’accord, mais une seule et même éducation

En matière d’éducation, les parents doivent être sur la même longueur d’onde. Établir les mêmes règles pour maman et papa est un bon moyen de faire sentir à votre enfant le lien entre les deux mondes.

Il est également important que les deux parents aient réellement accès à la vie de leur enfant, comme la possibilité de rencontrer son enseignant, venir le chercher à l’école ou l’emmener chez un ami proche. Tout sur la pension alimentaire majeur sans justificatif ici.

prendre soin de son enfant

Mettez une certaine flexibilité dans la planification de la garde 

En choisissant la garde partagée, les parents tentent généralement de participer à la vie de leurs enfants et de leur assurer une éducation équitable. Mais cela ne signifie pas non plus que vous devez compter les heures que l’enfant a passées chez l’autre parent.

Les parents doivent être suffisamment flexibles pour écouter les besoins de leurs enfants et s’adapter à la situation.

Par conséquent, une organisation trop rigide n’est pas toujours la solution idéale. Sortir des règles établies de temps à autre n’est pas une si mauvaise chose.

Par exemple, si vous aviez l’habitude de garder chacun l’enfant pendant une semaine, pourquoi ne pas commencer à le faire par quinzaine ? Qui sait, ça pourrait permettre à l’enfant de suffisamment profiter de sa mère ou de son père. Il n’en sera que plus épanoui !

De même, si votre enfant passe une grosse journée et se sent trop fatigué pour bouger, ne le forcez pas à quitter la maison sous prétexte que son séjour chez ce parent est épuisé. 

Choisissez un jour approprié pour le changement de maison

Ce n’est pas toujours une bonne idée d’aller chez maman le dimanche soir, alors qu’on vient de passer un week-end fantastique avec papa. L’idéal est de permettre à l’enfant de changer de domicile le vendredi soir. Les week-ends sont généralement le moment où les parents sont à la maison.

Les enfants qui viennent d’arriver pourront alors profiter de deux jours de plaisir avant le début de la semaine.

Une chambre pour l’enfant dans chacune des maisons

Ce paramètre n’est pas strictement requis, mais il est hautement souhaitable que l’enfant ait sa propre chambre dans chaque maison ou domicile.

L’enfant doit en effet avoir son repère personnel dans chaque maison pour ne pas rompre la continuité de sa vie chaque fois qu’il quitte un parent et se rend chez l’autre. Permettre à votre enfant d’avoir une chambre chez chacun des parents est l’une des conditions essentielles pour réussir la garde partagée.

 

A propos de l'auteur