26 septembre 2022

Les Européens en réflexion pour optimiser leur dépense énergétique

Après avoir réussi à réduire la dépendance de l’Union européenne au gaz russe, les ministres de l’Énergie des Vingt-Sept se sont concertés à Bruxelles dans le but de trouver des solutions pour limiter la flambée des prix des hydrocarbures.

L’Europe rassurée contre une pénurie de gaz

Au cours de l’été, alors que la guerre en Ukraine se poursuivait et que la Russie avait considérablement réduit ses fournitures en gaz, les Européens pressentaient déjà le manque de cet hydrocarbure pour l’hiver à venir. Dès lors, le Kremlin a fermé le gazoduc Nord Stream 1 et continue de rationner ses clients européens.

Toutefois, les ministres de l’Énergie qui se sont réunis à Bruxelles, le vendredi 9 septembre, ne s’en sont pas alarmés. À quelques exceptions près, la majorité estime avoir pris des mesures pour assurer à leurs concitoyens une relative sécurité énergétique. Bien que la Slovaquie et la République tchèque soient toujours dépendantes du gaz russe, la plupart des pays européens peuvent vivre sans gaz russe.

Pour preuve, celui-ci correspondait à 10 % de leur consommation énergétique avant la guerre, mais aujourd’hui, ce chiffre est réduit à 2,5%.

Les dirigeants européens cherchent à juguler l’inflation du prix de l’énergie

Ces derniers mois, les prix de l’électricité se sont envolés. En effet, le marché unique de l’électricité veut garantir l’approvisionnement de tous en déterminant le prix de l’énergie à partir du coût de la centrale la plus chère. En général, cette centrale ne sera qu’une centrale à gaz mise à contribution pour répondre à la demande de la population.

En plus, la sécheresse de cet été a réduit la production hydroélectrique, et les difficultés des centrales nucléaires françaises n’ont rien arrangé.

De ces faits, ce n’est plus l’approvisionnement en gaz qui inquiète les vingt-Sept de l’UE, mais la flambée des prix de l’énergie. Selon le ministre de l’Énergie belge, Tinne Van der Straeten, l’Europe a su gérer le volet approvisionnement, mais le véritable problème est lié aux prix qui ne cessent de grimper.

À cet effet, les Vingt-Sept ont demandé à la Commission de leur faire des propositions législatives dans l’immédiat (dès le mardi 13 septembre) afin de juguler l’inflation.

A propos de l'auteur