1 décembre 2022

Une récession de l’économie française en 2023 ?

Depuis la diminution des taux directeurs de la BCE, les nouvelles d’une possible récession en 2023 se font entendre de partout en France. On se demande cependant s’il s’agirait d’une récession ou plutôt d’un ralentissement. Découvrez, ici, le point de toute l’actualité sur ce sujet !

La prévision d’un ralentissement significatif

Submergée depuis peu par la vague de réformes de la BCE, l’économie européenne, celle française en l’occurrence, est en proie à de possibles changements.

Pour information, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a lui-même affirmé, vendredi, qu’il y aurait une récession durant l’année 2023.

Dans un langage sans ambiguïté, il déclare que l’économie de la France connaîtra « un ralentissement significatif » qui pourrait se transformer en une « récession limitée ».

À propos de la future récession économique en France

Au vu de la panique qu’a engendrée la nouvelle, la Banque de France rassure la population française quant à sa portée. Et selon les dits de la société, cette possible régression économique ne pourrait en aucun cas avoisiner le Produit intérieur brut français de l’année 2020.

Toujours dans le but de moins alarmer les français, la Banque qualifie l’opération de « limitée dans le temps ». Sachez qu’avec cette récession imminente, les dernières prévisions de croissance réalisées par le gouvernement français sont susceptibles d’être revues en baisse.

Il faut en outre savoir que des résultats d’analyses récentes ont permis à l’économiste Charlotte de Montpellier d’anticiper une probable chute économique de 0,2 % du PIB de 2023.

Les « 3 R », un résumé du cycle économique à venir

Avant la divulgation des plans macro-économiques de la banque, François Villeroy de Galhau donne une brève explication du prochain système économique du pays. Cela devra compter pour la période 2022-2024 et se résume en 3 R signifiant :

Toutefois, ces prévisions pourraient subir des modifications au vu du taux d’inflation actuel, conséquence de la guerre en Ukraine.

A propos de l'auteur