août 3, 2020

Prêt immobilier après 60 ans : ce qu’il faut savoir !

Pour réussir leurs investissements immobiliers, la majorité des investisseurs ont généralement recours au crédit. Représentant une grande partie du capital à investir, ce crédit est plus facilement accordé aux jeunes qu’aux plus âgés. Mais, obtenir un prêt immobilier après 60 ans est possible.

A ce jour, vu la baisse de revenus que constitue le passage à la retraite, les personnes âgées de 60 ans ou plus sont aussi concernées par le crédit immobilier.

Les risques de maladies et de décès étant très élevés chez les personnes dans cette tranche d’âge,  plusieurs critères sont donc pris en compte. Voici un tour d’horizon sur le prêt immobilier après 60 ans.

Les obstacles au prêt immobilier après 60 ans

Le principal obstacle susceptible de ralentir ou d’empêcher l’octroi d’un crédit immobilier à un senior est bien l’âge.

En réalité, l’âge maximal pour rembourser un prêt immobilier est fixé à 75 ans. Les banques sont alors réticentes à l’idée d’accorder ce même prêt à des personnes ayant déjà passé la soixantaine.

Néanmoins, cette limite a été repoussée jusqu’à la 80eme année de l’emprunteur afin de permettre aux séniors, d’avoir leur propre propriété immobilière. Outre l’âge, l’assurance emprunteur peut représenter un véritable frein au crédit immobilier après 60 ans.

En effet, les problèmes de santé auxquels sont exposés ces séniors rendent leur assurance décès-invalidité très couteuse.

Alors qu’elles recherchent une certaine crédibilité face à ces risques, les structures bancaires sont alors obligées d’imposer une assurance emprunteur judicieuse.

Quant aux compagnies d’assurance, elles déterminent le montant de la prime en analysant avec minutie, le bilan de santé global du l’emprunteur. Cette prime varie entre 0,60 et 1,96%.

De cette façon, les assurances et intérêts du sénior retraité se valent. Cela permet aux deux époux ou au plus en forme, d’avoir une charge de coût abordable.

D’autres solutions existent aussi pour aider à contourner les limites du prêt immobilier pour sénior. Notez bien qu’aucune limite d’âge n’est fixée pour jouir de ce type de prêt.

Comment obtenir un prêt immobilier pour sénior ?

Bien qu’elle soit possible, l’obtention d’un prêt immobilier après 60 ans peut être source d’embarras.

A cet effet, deux grandes alternatives s’offrent à ces séniors afin de leur rendre la procédure plus gérable. Il s’agit entre autres du prêt hypothécaire cautionné et du prêt viager hypothécaire.

Le prêt hypothécaire cautionné

Réservé aux propriétaires de bien immobilier, ce type de prêt consiste pour l’emprunteur sénior, à hypothéquer ce bien. En d’autres termes, il s’agit d’offrir son bien immobilier en garantie à la banque, afin de recevoir en prêt en retour. Cette solution est très prisée parce qu’elle ne requiert pas d’assurance emprunteur.

Le coût du prêt devra toutefois valoir au plus 70% du prix de vente du bien. Ici, le bénéficiaire restitue son prêt de façon mensuelle sauf s’il meurt avant d’avoir fini. Dans ce cas, l’organisme bancaire vend le bien hypothéqué et verse le reste du montant aux héritiers du défunt emprunteur.

Notez bien que les héritiers peuvent conserver le patrimoine hypothéqué. Ils devront alors rembourser le prêt en respectant les bases initialement établies.

Le prêt viager hypothécaire

Toujours pour les emprunteurs disposant d’un bien immobilier, cette alternative repose sur le même principe que la précédente.

Ici, le bien mis en garanti peut être une habitation principale ou secondaire ou encore on domicile loué. Les critères pris en compte par la banque pour fixer un montant sont bien spécifiques dans ce cas.

Entre autres, l’âge du demandeur, la valeur de son bien immobilier et son sexe.

Pour ce type de crédit hypothécaire, les séniors sans enfants sont les plus favorisés. Généralement, le bien immobilier hypothéqué pour un prêt viager n’est l’objet d’aucun héritage.

L’assurance emprunteur : un détail crucial au prêt immobilier sénior

Qu’elles soient aptes à accorder le prêt immobilier au sénior ou non, les banques exigent de quoi garantir celui-ci.

C’est la principale raison pour laquelle les séniors de plus de 60 ans, doivent disposer d’une assurance emprunteur. Ainsi, même en cas de décès, la banque est sûre de recouvrer ses fonds.

Pour les emprunteurs de plus de 60 ans, le taux de l’assurance emprunteur peut valoir jusqu’à 0,60% du capital qu’ils empruntent. C’est ce qui justifie que l’assurance emprunteur ne peut être un obstacle à l’obtention du crédit immobilier pour un sénior.

En effet, celui-ci peut se rabattre sur une assurance plus bénéfique si celle qu’on lui offre n’est pas attrayante.

Le sénior doit se tourner vers des structures qui proposent de bons privilèges en termes d’assurance emprunteur.

Ainsi, il pourra obtenir une assurance adaptée à ses espoirs. Il faudra toutefois être bien documenté afin d’adopter un assureur qui offre les mêmes prérogatives que la structure qui octroie le prêt.

Par ailleurs, d’autres possibilités sont envisageables pour avoir un taux intéressant d’assurance immobilier après 60 ans. Le sénior peut alors se tourner vers un financement sans assurance.

Mieux, il peut opter pour un prêt sur gage. Ces deux démarches simples et pratiques, permettent à la banque de récupérer ses fonds même en cas de décès.

Quelques conseils pour obtenir le meilleur prêt immobilier après 60 ans

Les séniors de plus de 60 ans font partie des personnes les plus appréciées par les structures bancaires.

Bien qu’elles soient prudentes et responsables, les banques gardent un œil sur 2 points essentiels. Il s’agit de la durée de remboursement et de l’apport personnel (30% au moins).

Néanmoins, à défaut du prêt viager et du prêt cautionné, le sénior peut recourir à la caution d’une autre personne. La convention AERAS propose aussi des solutions avantageuses pour les séniors désireux d’obtenir un crédit immobilier.

Dans tous les cas, l’assurance emprunteur étant le pilier même du crédit immobilier pour sénior, les taux doivent être bénéfiques.

Il est donc fortement recommandé de faire une simulation de crédit avant toute décision. Hormis cette étape, le sénior doit, d’une part, suivre de petites restrictions comme :

  • s’assurer que le TAEG soit sous le seuil de l’usure ;
  • pourvoir une assurance vie en garantie ;
  • évitez la précipitation en se préparant bien assez tôt ;prévoir les frais de courtage et être le plus honnête possible sur sa situation mentale et physique.

D’autre part, il est important, pour la bonne prise en main de son dossier, que le sénior se fasse aider.

Le courtier ou le notaire sont des professionnels dotés des aptitudes requises pour mener à bien ce type de projet.